DES JOURS AVEC ET DES JOURS SANS

Ce soir je n’ai pas envie d’écrire.
Je pourrai ne pas le faire, mais je me suis lancée le challenge de publier chaque jour ici, pendant 2 semaines. Et avec un petit coté sadique si je ne le fais pas… je devrai alors verser à des amis une certaine somme d’argent par jour de manquement. Et je peux te dire que c’est une très bonne idée, car ça marche totalement pour moi !

Alors pour contourner ma non-envie, j’avais plusieurs possibilités. Je les ai envisagées.
Elles auraient masqué l’état dans lequel je me trouve, rempli mon contrat, et fait illusion.

Mais j’ai senti que ce n’était pas le choix juste pour moi ce soir.
Je crois vraiment que ce qui est le plus fort dans le partage est l’authentique, le vrai, le brut, sans masques, sans paillettes. En tout cas c’est ce qui me touche moi le plus et m’inspire. Et c’est ce que j’ai envie d’incarner et de transmettre aussi.

C’est pour ça que mon auteur chouchou est Jeff Foster.
Il partage autant ce qui relie à la grâce que les zone d’ombres cracra. Le brillant et le laid, le lumineux et le plus sombre en nous.
La réalité quoi.
Alors que les réseaux sociaux me paraissent de plus en plus des espaces faux et creux, où chacun ne cherche qu’à montrer le meilleur de lui-même, le plus beau, le plus enviable. Je suis de moins en moins touchée par ce que j’y vois, car cela manque tellement de profondeur et de vérité.

Qu’à cela ne tienne, je ne critique pas, je vais utiliser ce que ça crée en moi justement pour partager ce qui m’anime profondément.

Récemment j’ai participé à une journée d’atelier biodanza & peinture.
C’était vraiment une journée géniale, j’étais dans une euphorie constante tout au long de l’atelier, car la danse et la peinture sont 2 activités qui me stimulent et me nourrissent énormément. Et ce jour là je me suis vraiment lâchée !

A la fin de l’atelier une participante est venue vers moi et m’a dit :
« waouh mais tu dois être quelqu’un de tellement joyeuse dans la vie, j’adore ça chez toi !!! »

Et je lui ai répondu spontanément :
– « tu sais je suis aussi la personne la plus dépressive de la Terre. Mais depuis que j’accepte d’être comme ça, je peux aussi être encore plus dans la joie je crois. Merci de me faire ce retour pour me permettre de voir ça ».

C’est un fait. Je suis intense.
Dans mes pensées, dans mes émotions, dans mes réactions.
Je peux passer de très haut à très bas, en terme d’état intérieur, en très peu de temps.
Souvent quand je vais mal, c’est très mal.
Jamais juste un petit peu mal…

Avant je rejetais ça, je me jugeais, je cherchais à changer ça, à « controler » ou gérer mes émotions. C’est ce qui est renvoyé par l’extérieur le plus souvent non ?
« mais tu es trop sensible, trop émotive, il faut que tu prennes sur toi. »

Maintenant j’arrête de vouloir que les choses soient autrement que ce qu’elles sont. (Le plus possible – il m’arrive encore de vouloir controler et changer ce que je ressens hein !)

Mais sur cet aspect de moi dépressive, qui peut plonger dans un abysse sans fond en quelques heures, j’ai lâché prise. J’accepte d’être comme ça. J’accueille quand ça se présente. Je plonge, et j’ai confiance que ce n’est que passager. Et je laisse cet état être là aussi longtemps qu’il est là.

C’est ce qui se passe depuis hier. J’ai vu passer les vagues qui me permettaient de remonter un peu. J’en ai saisi certaines. Pas eu le courage de m’accrocher à d’autres.

J’accepte d’être comme ça. Et de te partager ça ce soir.
Dis moi dans les commentaires si ça résonne pour toi.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *